Effets de la fumée sur la santé

Il arrive parfois, au cours de l’année, que la fumée provenant de feux de forêt, de grands incendies urbains ou du brûlage de chaume puisse avoir une incidence sur la qualité de vie ici, en ville, ou dans les régions proches de la source de fumée. Les effets sur la santé de la population dépendent d’un certain nombre de facteurs.

Risque pour les résidants

La plupart des adultes et enfants sains se rétabliront rapidement d’une exposition à la fumée et ne souffriront pas de conséquences à long terme. Cependant, certaines populations sensibles pourraient présenter des symptômes plus sérieux à court terme ou de façon chronique. Parmi ces populations, mentionnons :

  • les personnes asthmatiques ou souffrant d’autres maladies respiratoires
  • les personnes ayant une maladie cardiovasculaire (p. ex. maladie cardiaque, angine de poitrine)
  • les personnes âgées
  • les enfants
  • les femmes enceintes
  • les fumeurs

Les effets de la fumée vont de l’irritation des yeux et des voies respiratoires (p. ex., yeux douloureux, larmes, toux, nez qui coule) à des troubles plus graves, y compris l’aggravation d’une condition sous-jacente telle que l’asthme, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et la maladie cardiaque, ce qui pourrait entraîner la mort prématurément.

Recommandations générales au public

  • Si vous présentez des symptômes, en particulier ceux qui portent à croire que vous avez une maladie respiratoire ou des problèmes cardiaques, veuillez consulter un prestataire de soins ou appeler Health Links-Info Santé au 788-8200 le plus tôt possible.
  • Soyez vigilants aux annonces des médias et des services publics concernant la qualité de l’air, les prévisions, et les recommandations de la santé publique.
  • Vérifiez la Cote air santé (CAS) de Winnipeg (vous trouverez ci-dessous d’autres renseignements sur la CAS.
  • Envisagez d’annuler des activités de plein air, telles que jeux ou compétitions sportives, si la qualité de l’air se détériore considérablement.

Autres recommandations pour les gens ayant une maladie chronique :

  • Ayez des médicaments pour plusieurs jours (plus de 5 jours) et élaborez un plan avec votre prestataire de soins, qui prévoit comment gérer votre état lors des périodes où la qualité de l’air est médiocre. 

Stratégies spécifiques

1. Rester à l’intérieur

Dans l’éventualité d’un air extérieur médiocre, il peut être efficace de rester à l’intérieur, mais tout dépend de la qualité de l’air intérieur. Rester à l’intérieur apporte une certaine protection, en particulier dans une maison hermétiquement fermée et équipée d’un système de chauffage/refroidissement de l’air ambiant, qui évite donc l’introduction d’air de l’extérieur. Dans les maisons n’ayant pas de tel système, les concentrations de fines particules à l’intérieur peuvent approcher les concentrations extérieures dans une proportion de 70 à 100 pour cent.

2. Réduire le niveau d’activité

Réduire son activité physique constitue une stratégie importante et efficace pour abaisser la dose d’agents polluants de l’air inhalés et pour minimiser les risques pour la santé pendant un épisode de fumée. Durant l’exercice, la prise d’air peut s’accroître de 10 à 20 fois par rapport à celle d’un individu au repos.

3. Réduire d’autres sources de pollution de l’air intérieur

De nombreuses sources intérieures de pollution de l’air peuvent émettre de gros montants d’agents polluants identiques à ceux contenus dans la fumée provenant de feux. Des sources intérieures, telles que des cigarettes allumées, des poêles et chaudières à gaz, au propane et à bois, et des activités comme la cuisine, faire brûler des chandelles et de l’encens, et passer l’aspirateur, peuvent accroître considérablement les niveaux de particules dans une maison et devraient être évitées durant les épisodes de pollution importants ou pendant que des feux extérieurs sévissent. On évitera d’utiliser des appareils, tels que les ozoneurs.

4. Masques

  • En règle générale, le port d’un masque ne contribue pas efficacement à réduire l’exposition pendant un épisode de fumée.
  • Pour qu’un masque offre une protection, il doit pouvoir filtrer de très petites particules et il doit s’adapter de très près au visage, procurant une fermeture hermétique autour de la bouche et du nez de la personne.
  • Les masques à poussière en papier communément disponibles, qui sont conçus pour filtrer de grosses particules, telles que la sciure de bois lors d’une activité de ponçage, offrent généralement peu de protection. En fait, ces masques peuvent même nuire, car ils donnent aux porteurs une fausse sensation de sécurité susceptible d’encourager une activité physique et d’inciter la personne à passer plus de temps en plein air, ce qui a pour résultat une exposition accrue. Ces masques peuvent également rendre la respiration plus difficile.
  • Les masques de types respirateurs sont capables de filtrer la plupart des particules. Ces masques, qui peuvent inclure une valve expiratoire, ne nécessitent pas de filtres à cartouche. Ils portent les cotes suivantes :  « R95 », « N95 » ou « P95 », et sont généralement vendus dans les magasins de matériaux de rénovation pour les maisons. Sont également en vente des masques souples avec des cotes plus élevées (R, N ou P99, et R, N, ou P100), qui filtrent plus de particules encore.
  • Ce sont les respirateurs équipés de filtres HEPA mauves qui offrent la meilleure protection. Ils sont cependant moins confortables et légèrement plus chers que les masques souples.
  • Les personnes qui souhaitent plus de protection encore peuvent acheter des respirateurs à ajustement serré qui nécessitent des filtres à cartouche.

Cote air santé (CAS)

La cote air santé (CAS), conçue par le gouvernement du Canada et adoptée par le gouvernement du Manitoba, aide les gens à comprendre comment une qualité de l’air médiocre peut avoir des incidences sur leur santé et présente des étapes à suivre. La CAS est un indicateur de la qualité de l’air, fondé sur les mesures horaires de trois agents polluants importants : l’ozone (O3) au niveau du sol, le dioxyde d’azote (NO2) et les fines particules (PM2,5). Conservation Manitoba calcule la CAS pour Winnipeg à partir de lectures d’écrans situés au centre-ville de Winnipeg. La CAS se lit selon une échelle de couleur et de chiffres de 1 à 10+. Plus le chiffre est important, plus le risque pour la santé associé à la qualité de l’air est grand. Les chiffres sont également groupés par catégories de risque : faible, modéré, élevé et très élevé. Celles-ci aident l’utilisateur à repérer rapidement son niveau de risque.

Catégories et messages de la CAS

Risque pour la santé Cote air santé Messages santé
Population touchée* Population en général
Faible 1 - 3 Profitez de vos activités habituelles en plein air. Qualité de l'air idéale pour les activités en plein air.
Modéré 4 - 6 Envisagez de réduire ou de réorganiser les activités exténuantes en plein air si vous éprouvez des symptômes. Aucun besoin de modifier vos activités habituelles en plein air à moins d'éprouver des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.
Élevé 7 - 10 Réduisez ou réorganisez les activités exténuantes en plein air. Les enfants et les personnes âgées devraient également modérer leurs activités. Envisagez de réduire ou de réorganiser les activités exténuantes en plein air si vous éprouvez des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.
Très élevé Plus de 10 Évitez les activités exténuantes en plein air. Les enfants et les personnes âgées devraient également éviter de se fatiguer en plein air. Réduisez ou réorganisez les activités exténuantes en plein air, particulièrement si vous éprouvez des symptômes comme la toux et une irritation de la gorge.

 

* Les personnes éprouvant des problèmes cardiaques ou respiratoires sont les plus menacées. Observez les conseils habituels de votre médecin sur l'exercice et la manière de prendre soin de vous.

Source

Autres informations sur la fumée et la qualité de l’air

  • La fumée est principalement composée de dioxyde de carbone, de vapeur d’eau, de monoxyde de carbone, des matières particulaires, des hydrocarbures et d’autres composés organiques.
  • Les matières particulaires constituent le principal polluant inquiétant de la fumée. Il s’agit d’un terme générique qui désigne toutes les particules suspendues dans l’air, c’est-à-dire un mélange de particules solides et de gouttelettes d’eau, susceptibles d’être inhalées dans les poumons.
  • Le monoxyde de carbone est un autre polluant inquiétant. Il s’agit d’un gaz incolore et inodore produit par la combustion incomplète du bois et d’autres matériaux organiques. C’est lorsque le feu couve que les niveaux sont les plus élevés.
  • D’autres polluants atmosphériques, tels que l’acroléine, le benzène, et du formaldéhyde, sont présents dans la fumée, mais en concentrations beaucoup moins élevées que les matières particulaires et le monoxyde de carbone.
Le comportement de la fumée dépend de nombreux facteurs, dont l’ampleur du feu et le lieu où il se trouve, la topographie de la région et la météo. Les niveaux de fumée sont imprévisibles et peuvent changer fréquemment.

Signet Courriel Imprimer Share this on Facebook Partager Share this on Twitter Tweet RSS Feeds RSS
Make text smaller Make text bigger
Recherche


Communiquer avec nous
Avez-vous des commentaires ou des préoccupations?

Nous voulons vous entendre!

Trouver des services
À la recherche de services de santé à Winnipeg?

Communiquez avec Health Links-Info Santé au 788-8200

Cherchez le répertoire des services de santé

Vous vous demandez où aller si vous êtes malade ou blessé? Trouvez les soins voulus

Trouver un médecin
Le Courant
Le magazine sur la santé et le mieux-être de Winnipeg.

Suite
E-Bulletin
La Région sanitaire de Winnipeg est heureuse de lancer son nouveau bulletin électronique, Connexions santé Winnipeg.

Suite
Carrières
La Région sanitaire de Winnipeg a la réputation d’être un endroit où il fait bon travailler.

Suite
WRHA Logo Aide | Plan du site | Stipulation d'exonération | Contactez-nous | English